Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 12:37
Le virus Zopic

Je m’appelle Stanislas Zopik , je suis chercheur en virologie , je travaille au Pharo à Marseille dans un laboratoire civile et militaire . Dans ce cadre , j’ai reçu il y a 48h des prélèvement sanguin et LCR de 2 militaires français décédés à Tombouctou de fièvre ictèro hémorragique rapidement mortelle par encéphalite . La routine d’évaluation est déjà commencé , mais une petite idée trotte dans ma tête , si c’était un virus de type Ebola ? Le lendemain mon microscope électronique me montre la bête : un virus Ebola modifié . D’où vient il ? J’informe les militaires de ma découverte pour pouvoir remonter le trajet du Virus . J’apprend que ces deux militaires revenait d’une reconnaissance à Arezzal , et leur symptômes sont apparus le lendemain . Par radio codée , j’en informe le Colonel en responsabilité de Serval , il va envoyer un détachement vers Arezzal équipé en conséquence littéralement en combinaison d’astronautes , attendons … Attendre la prochaine apocalypse ? , 3 jours après le colonel Larquet m’apprend qu’Arezzal n’existe plus , c’est une ville morte , un laboratoire probablement financé par aqmi a été découvert , c’est de là que vient mon virus ! , il semble que les virus a commencé par tuer ses géniteurs et toute la population environnante . J’aurais préféré ne pas découvrir le virus « Zopik » .

Pour en savoir plus :

guerre bactériologique Mythes et Réalités …. Copyright Dr Richard MONIN

Un peu d ’histoire de la Guerre bactériologique

Ce sont les japonais qui en 1931 ont mis sur pied en Mandchourie le premier centre d ’expérimentation sur l ’utilisation de l ’arme bactériologique . Disposant de cobayes humains ( Chinois et Communistes Russes) , le général Shiro Ishii entreprit l ’étude et l ’amélioration de souches sélectionnés de Peste , Choléra , anthrax et typhus ,dans le but de pouvoir utiliser à des fins militaires ces armes bactériologique . Les Russes à partir de 1946 entreprirent la même démarche bientôt suivis à partir des années 60 par l ’Irak , la Libye , pays berceau du terrorisme international ...

Un choix primordial Pour une organisation ,

l ’agent à utiliser pour une guerre doit avoir plusieurs caractéristiques :

1 - Une contagiosité importante : afin de pouvoir toucher un grand nombre de victimes potentielles sur une action ponctuelle

2- Une pathogénicité importante : pouvant tuer ou handicaper un nombre important de sujets malgré les traitements et les mesures prises pour l ’endiguer .

3- Une efficacité importante sur la population cible , la population ne devant pas être vaccinée ou résistante à l ’agent concerné

4- Une résistance importante de l ’agent au traitement habituel , surtout si les traitements efficaces sont peu disponibles et donc onéreux et difficiles à appliquer rapidement pour faire face à l ’agression

Facteurs influençant le choix de l ’agent

D ’autres facteurs influencent beaucoup le choix :

* La facilité de transport et conservation de l ’agent * Sa difficulté de fabrication et donc la quantité disponible pour une action * La Pathogénicité de l ’agent et par conséquent la possibilité pour les acteurs de s ’en protéger , tout du moins pour sa fabrication , l ’utilisation de porteur suicide étant toujours possible pour la mise en œuvre ..

Le Fiasco du charbon (Anthrax)

Le 5 octobre 2001 Robert Stevens est la première victime de la maladie du charbon , il travaillait pour le tabloïd « The Sun » , des spores du charbon ont été retrouvé sur son clavier , il avait reçu dix jours auparavant une enveloppe suspecte contenant les spores … Dés lors la panique s ’installe , diverses enveloppes suspectes sont interceptées mobilisant pour chaque alerte , une vingtaine de « spécialistes » encagoulés pour désinfecter les lieux , les personnes . Cette panique aboutit à un ralentissement économique pour les USA , par contre seules cinq victimes sont dénombrées dont deux douteuses , faisant du même coup la fortune du laboratoire fabricant le CIFLOX, AB donné préventivement . Surtout à cette occasion les USA prennent conscience de la vulnérabilité à une attaque terroriste bactérienne , à posteriori , on peut toutefois se poser la question : Pourquoi ce fiasco avec le bacille du charbon ? Les réponses sont dans l ’épidémiologie ...

Le Charbon ….

Epidémiologie : il s ’agit d ’une anthropozoonose lié à Bacillus anthracis , la contamination humaine est fortuite , le plus souvent professionnelle par contact direct des spores présentes sur les peaux d ’animaux infectés , les spores étant détruites par la cuisson , le charbon gastro-intestinal humain est difficilement possible . Le seul avantage dans un but terroriste est la bonne conservation des spores dans le temps . Par contre la diffusion par contact direct des spores est très difficile pour envisager une épidémie , dans cette option,le charbon a deux inconvénients majeurs : u La vaccination humaine est possible nécessitant 3 injections à six semaines d ’intervalle v Le charbon est sensible à la pénicilline G et aux céphalosporines

Le Choléra

Toxi-infection liée au Vibrion cholérique ,il sévit de façon endémique en Inde et en Afrique .La survenue d ’une épidémie particulièrement meurtrière au Pérou en 1991 a pu remettre au goût du jour le Choléra . Son utilisation en tant qu’arme bactériologique se heurte à trois écueils pour pouvoir toucher les USA ou l ’Europe .

La Variole

Fléau aujourd’hui disparu grâce à la vaccination , la variole présente pour les terroristes deux avantages majeurs : Œ Son extrême contagiosité  L ’abolition de la vaccination en 1980 rend vulnérable toutes les populations non vaccinées après cette date Un inconvénient tout de même : le pox virus ne peut être obtenu que par culture sur porteur vivant : bétail par exemple nécessitant donc des structures relativement importantes...

le retour de la Mort Noire ?

Entre 1980 et 1994 , 18739 cas de peste ont été déclarés à l ’OMS , depuis 229 cas ont été déclarés en Arizona , on assiste à une réémergence de Yersinia Pestis , mais pour la première fois Yersinia Pestis est devenu multi-résistante aux AB habituels , certes le bacille reste sensible aux Quinolones et au Triméthoprime , cette résistance est de type plasmide permettant une diffusion rapide de la résistance , posant le problème du retour de la terreur noire au niveau planétaire Cette mutation s ’accompagne d ’un raccourcissement de l ’incubation à 24 h Tout est possible ... En Mars 2000 , devant un tribunal de l ’Ohio comparaissait L W Harris , agé de 43 ans et connu pour ses idées extrémistes ,il a pu commander à un centre bactériologique du Maryland et se faire livrer par la Poste 5 fioles de Yersinia Pestis pour 300 $ ( 4) Devant le tribunal , Harris a déclaré vouloir s ’en servir pour la rédaction d ’un ouvrage sur les antidotes à la guerre bactériologique , fomentée selon lui par les irakiens ..

Fiction ?

De là à imaginer un terroriste disposant de Yersinia Pestis résistant oubliant quelques tubes de YP bêtement diffusé par la climatisation d ’un gratte ciel . En 24 heures d ’incubation , environ 1000 personnes pourraient être contaminés et le jour suivant 50 à 100 000 personnes déclenchant la quatrième pandémie mondiale de peste

Conclusions : L ’utilisation de la guerre bactériologique par le terrorisme international n ’est pas une utopie , mais il faut rester humble ,et spontanément les bactéries et virus peuvent déclencher toutes seules la « GUERRE » grâce à la suffisance de l ’homme qui lui en donne les moyens par l ’utilisation mal gérée de l ’arme antibiotique ...

Bibliographie

1-Le Charbon : EMC 8035 A 10

2-Le Choléra :EMC 8026 F 10

3-Prophylaxie des maladies transmissibles: 8005 M10

4-Peste par Chronoposte JIM 350 , 5,1995

5-La Peste , Découverte Gallimard

6-La peste entre en résistance JIM 387 , 9,1997

7-Jurassic germ Science , 19-5-1995

de G à D :General Shiro Ishii ,Robert Stevens , La Peste de G à D :General Shiro Ishii ,Robert Stevens , La Peste de G à D :General Shiro Ishii ,Robert Stevens , La Peste

de G à D :General Shiro Ishii ,Robert Stevens , La Peste

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Pas vraiment rassurant tout ça
Répondre